Mon top des mangas qui mériteraient de sortir en France


Je ne sais pas si beaucoup d’entre vous lisent des mangas autrement que sous le format papier, mais pour ma part, j’ai découvert la plupart des séries que je ne connais par le biais des scans. Si plusieurs d’entre elles ont eu la chance d’être licenciées en France, d’autres mériteraient également une place dans nos librairies.

Voici donc ici, mon top des mangas qui devraient sortir en France :

Gekkan Shôjo Nozaki-kun (Monthy Shoujo Nozaki-kun) [Accéder à l’article]

gekkan-shoujo-nozaki-kun-manga-seriesRésumé : Chiyo Sakura est une jeune lycéenne de 16 ans, membre du club d’art. Elle est amoureuse de Nozaki, un élève grand et studieux qu’elle admire énormément. Mais le jour où elle décide de se confesser, elle n’arrive pas à le lui dire clairement, et il la prend malencontreusement pour une fan. Incapable de rectifier son erreur, elle ne sait pas quoi faire, et lorsqu’il lui propose de venir chez lui, elle accepte. Sakura va alors découvrir que Nozaki est un célèbre auteur de shôjo mangas, et qu’il veut faire d’elle son assistante…

Certains connaissent peut-être la série grâce à l’adaptation anime que j’ai trouvé vraiment super. Mais le manga est tout aussi hilarant. C’est l’un des rares mangas dans le genre comédie (avec Barakamon) dont je me lasse pas de l’humour et des personnages tellement ils sont excellents. Je me demande ce qu’attendent les éditeurs pour le sortir, surtout que l’auteure n’est pas inconnue en France puisque son autre manga, Fight Girl (Oresama Teacher) est déjà sorti (bien que je ne l’ai toujours pas lu…). En tout cas le manga de Gekkan Shôjo Nozaki-kun est déjà bien avancé au Japon puisqu’il compte actuellement 9 volumes. La communauté anglophone a d’ailleurs la chance de compter la série parmi ses licences (Yen Press). Je me demande si je ne devrais pas me procurer les volumes anglais plutôt que d’attendre une sortie française…


Donten ni Warau (Laughing Under the Clouds) [Accéder à l’article]

donten-ni-warau-manga-series.jpgRésumé : Japon, début de l’ère Meiji. Le pays est en évolution vers la période moderne où la culture occidentale émerge. Bien que les samouraïs parcouraient librement les rues, ils sont désormais rares depuis la mise en place de l’interdiction du port du sabre. Mais ces changements brutaux font émerger de nombreux mécontentements qui font accroître sensiblement la criminalité.

Pour y faire face, le gouvernement ne trouve d’autre solution que la construction d’une immense prison au milieu d’un lac dont il est impossible de s’échapper. Tenka, Soramaru et Chuutarou, trois frères de la famille Kumo, sont chargés d’escorter les criminels jusqu’au gigantesque édifice. Mais leur quotidien bascule le jour où une menace pesant sur leur village s’apprête à avoir lieu…

L’anime a été un coup de coeur, et j’ai également beaucoup aimé le manga. Même si l’anime est meilleur de mon point de vue de par sa réalisation, j’ai trouvé le manga très sympathique à lire, et vraiment agréable. Les traits de l’auteur sont originaux et très soignés. Et même sur les scènes de combats on ne s’y perd pas. Je pense que tant pour l’histoire que pour les dessins, ce manga mériterait d’être licencié en France, surtout que la série est courte, elle ne comporte que 6 tomes.


Suisai [Accéder à l’article]

suisai-manga-seriesRésumé : Urara Sano était membre du club d’athlétisme au collège. Désormais au lycée, elle espère prendre un nouveau départ. Un jour, elle tombe malencontreusement sur un garçon et remarque les feuilles qu’il tenait : des partitions de musique. Il lui propose de venir assister aux répétitions du club d’instruments à vent, qui s’avère être en manque d’effectif. Lorsque Urara arrive, elle voit le garçon jouer du saxophone et est émerveillée par l’ensemble, en particulier par le son de la flûte. 

Poussée par les encouragements du saxophoniste, Minato Kanzaki, Urara se décide à apprendre à jouer de la flûte. Bien qu’elle ait du pain sur la planche en tant que débutante, Urara est motivée pour pouvoir elle aussi jouer en harmonie avec les autres…

Mon dernier coup de coeur en matière de shôjo. Ce qui est rare étant donné que je suis peu fan des romances, et en particulier des clichés que l’on retrouve dans ce type de manga. Mais Suisai me plaît vraiment beaucoup, tant par ses personnages – notamment son héroïne Urara que je trouve super – que par son histoire qui certes contient de la romance, mais qui met bien en lumière l’aspect musical. L’auteure est notamment connue pour son manga Hiyokoi (disponible en France), mais je pense que les 4 tomes de Suisai pourraient plaire, et pas uniquement aux adeptes de romances. En Allemagne, la série a été récemment licencié aux éditions Tokyo Pop, donc j’espère qu’elle le sera prochainement en France !!


Koi wo Shiranai Bokutachi wa (We don’t know love yet) [Accéder à l’article]

koi-wo-shiranai-bokutachi-wa-manga-seriesRésumé : Eiji et Naohiko sont amis depuis le collège. Ils entrent en première année de lycée. Naohiko entretient une relation à distance avec leur amie du collège Izumi, tandis qu’Eiji se demande s’il ne lui manquerait pas quelque chose pour compléter sa nouvelle vie de lycéen. Mais la rencontre des deux amis avec d’autres camarades de leur école pourrait bien changer leur vie sentimentale…

Il s’agit du nouveau manga de Minami Mizuno, l’auteure de Nijiiro Days que j’apprécie plutôt bien. Et il se trouve que le début de Koi wo Shiranai Bokutachi wa me plaît beaucoup. Les personnages sont différents de ce qu’on retrouve habituellement dans les shôjos, ce n’est pas niais, ils sont plus réalistes je dirai, et on ne sait pas qui finira avec qui. L’humour aussi me plaît bien et à chaque chapitre j’ai envie de lire la suite alors que je suis pourtant peu fan de ce genre de mangas. La série compte actuellement deux tomes au Japon, et j’espère qu’elle sera licenciée en France parce que c’est rare que j’adhère aux situations de triangles amoureux et complications dans ce genre, mais là ça m’intéresse vivement !


Tongari Bôshi no Atelier (Atelier of Witch Hat) [Accéder à l’article]

tongari-boushi-no-atelier-manga-series.jpgRésumé : Coco, une jeune fille vivant dans un petit village de campagne, rêve de devenir une grande magicienne. Cependant, Coco est née sans pouvoirs magiques, et il s’avère que seuls ceux qui naissent avec de la magie en eux peuvent l’utiliser et la voir. Les espoirs de la fillette semblent alors anéantis, jusqu’au jour où un magicien arrive dans son village et lance un sort devant elle… Sa rencontre avec Coco sera pour celle-ci le début d’une aventure… magique !

Un autre coup de coeur alors que j’ai seulement lu le tome 1. Mais dès les premières pages j’ai été transporté par l’univers et les dessins de Kamome Shirahama (surtout connue au Japon pour ses artworks des super-héros Marvel, DC Comics…). ça faisait longtemps que je n’avais pas autant accroché à un manga fantastique avec un côté magical girls mais à sa manière. Car oui, l’héroine, Coco, dans son apprentissage de la magie, va se faire de nouvelles camarades : Agete, Tetia et Riche. Mais on est loin d’avoir des fillettes moe, aux costumes colorés et froufroutans. On prend le temps de découvrir le monde dans lequel vit l’héroine, tout en se posant des questions sur les agissements des antagonistes. Série en 3 tomes et en cours actuellement au Japon, j’espère qu’elle sera licenciée en France, car elle sort vraiment de l’ordinaire !

MAJ du 15/11/2017 : Les éditions Pika annoncent que la série sortira en France sous le titre L’Atelier des Sorciers !

MAJ du 07/03/2017 : Le tome 1 est sorti en France !


Tales of Zestiria: Michibiki no Toki (Tales of Zestiria – Time of Guidance)

tales-of-zestiria-manga-series.jpgRésumé : Sorey est un jeune homme qui a été élevé parmi les séraphins, des êtres spirituels qu’aucun humain n’est capable de voir. Un jour, alors qu’il explorait des ruines avec son ami de toujours Mikleo, il fait la rencontre d’Alisha, une jeune humaine affaiblie qu’il va héberger. Il apprend alors que le monde des humains est en guerre.
Après le départ d’Alisha, Sorey et Mikleo décident de se rendre dans la capitale humaine, mais Sorey se retrouve impliqué dans un incident mystérieux qui va le mener à retirer une épée sacrée de la pierre dans laquelle elle était plantée. Il devient alors « le berger », celui qui doit débarrasser le monde de la calamité. Bien décidé à accomplir sa mission, Sorey sera d’autant plus animé par son rêve de voir les humains et les séraphins coexister…

Seul manga pour lequel je ne peux lire les scans de façon régulière étant donné que la team qui traduit les chapitres semble avoir mis son travail en pause. Bon j’avoue que sur ma liste ce n’est pas celui dont j’attends le plus la sortie étant donné que le jeu est super et qu’il se suffit à lui-même. Mais je suis curieuse de voir ce que ça donne en manga, surtout que les dessins de Shiramine sont plutôt beaux et qu’il est apparemment fidèle au jeu, contrairement à l’adaptation anime qui a pris pas mal de libertés scénaristiques pour au final nous servir quelque chose d’incohérent et vraiment mauvais selon moi. Le manga est actuellement terminé en 4 tomes au Japon, et est licencié en anglais par Seven Seas Entertainment et en allemand par Tokyo Pop Germany. On peut peut-être donc espérer une sortie française ?


Kimi wa Natsu no Naka (You are in the blue summer) [Accéder à l’article]

kimi-wa-natsu-no-naka-manga

Résumé : Wataru Toda est un élève comme un autre. Chiharu Saeki est quant à lui brillant et populaire. Mais les deux lycéens partagent la même passion : regarder des films, et suite à leur rencontre, ils deviennent rapidement amis. Cependant, leur relation prend un jour une autre tournure suite à une déclaration inattendue… Que signifie « aimer quelqu’un » ? Les deux amis le découvriront-il au fil de leur été ?

Je vous invite à consulter la fiche pour connaître mon avis général sur ce manga mais étant donné qu’il s’agit de mon premier shônen-ai et que je l’ai bien aimé, j’aimerais bien le voir licencié pour pouvoir me l’acheter. On a une bonne romance dans une belle ambiance estivale et deux héros auxquels je me suis bien attachée. Je trouve ça un peu dommage qu’il soit court (1 tome seulement) mais il a vraiment de quoi plaire. Je l’ai d’ailleurs trouvé plus sympathique que beaucoup de mangas dans le genre romance que j’ai pu lire. Sans compter que les dessins de Nagisa Furuya sont vraiment beaux.


Setsuna Graffiti

setsuna-graffiti-seriesRésumé : Lorsqu’il était en primaire, Kou Setsuna était littéralement passionné par le feu ainsi que par les feux d’artifice. Suite à une « promesse » faite à un pyrotechnicien, il se rend seul à un festival pour assister au feu d’artifice estival. Kou fait ainsi la connaissance de Ginga Kisaragi, qu’il surnomme « l’Apprenti du Sorcier ». Mais sa fascination pour le feu se transforme en peur suite à un incident… Huit ans plus tard, Kou, désormais en deuxième année au lycée, est de retour dans sa ville natale afin de trouver un moyen de vaincre sa phobie du feu. Il est en effet persuadé qu’il peut vaincre sa terreur grâce à la beauté des feux d’artifice…

Il s’agit d’un manga de Hinoki Kino, la dessinatrice du manga No.6 (que je n’ai pas lu) que pas mal connaissent sûrement. J’ai tout de suite été attirée par les dessins qui sont vraiment soignés, et les premiers chapitres m’ont bien plu. Je trouve que les deux personnages principaux sont intéressants, on apprend à les connaître, mais surtout comment ils perçoivent les feux d’artifices et la pyrotechnie de la manière générale. J’espère que la suite me plaira. Etant donné que la série est terminée en 4 tomes au Japon, je pense que je me les achèterai si ça sortait ici.


Roman 

roman-manga-series

Résumé : Hiver, un jeune homme, semble être l’âme d’un bébé qui est mort avant de naître. Il vit en compagnie de deux poupées : Hortense qui symbolise la vie, Violette qui symbolise la mort, et les interroge sur ces préceptes, en particulier sur la naissance d’un homme et la fin de sa vie, un cycle bien mystérieux à ses yeux. Il les envoie donc se promener dans le monde, à la recherche de personnes, d’histoires, qui l’aideront à comprendre « son monde »… Hortense et Violette vont ainsi assister à différentes histoires… Couleurs, lumière, vie et mort sont-ils les éléments qui forment l’histoire d’un être humain ?

J’ai découvert ce manga tout à fait par hasard et je l’ai pas mal apprécié. J’appréhendais un peu au départ étant donné qu’à chaque chapitre on suit un personnage différent, mais j’ai trouvé ça vraiment intéressant. Les différentes histoires, qui proviennent de celles des chansons de l’album « Roman » du groupe Sound Horizon, sont très tristes, les personnages ont tous plus ou moins souffert. Et on découvre aussi qu’ils sont tous liés les uns aux autres d’une certaine manière. Les dessins de Katsura Yukimaru sont quant à eux spéciaux mais tout à fait plaisants. La série compte seulement deux tomes au Japon et j’aimerais bien qu’elle sorte ici pour pouvoir l’ajouter à ma collection.


Bonus novel

Violet Evergarden [Accéder à l’article]

violet-evergarden-novel-seriesRésumé : L’histoire se déroule dans un monde où des Auto Memories Doll sont capables de sonder l’esprit des gens pour partager avec eux les précieux souvenirs qu’ils recherchent. Créée à l’origine par le Dr. Orlando pour aider sa femme, cette nouvelle technologie s’est maintenant démocratisée où des entreprises louent les services des Dolls à des clients pour se remémorer des souvenirs oubliés.

Nous suivons le quotidien de l’incroyable Violet Evergarden, une Auto Memories Doll qui propose ses services en envoyant des lettres dans lesquelles se trouvent les souvenirs de ceux qui lui demandent de l’aide. Ainsi, elle explore différents mondes issus de la mémoire des Hommes, côtoyant l’imaginaire et les sentiments les plus forts dans toute sa diversité.

Côté novels je n’en lis quasiment pas, mais j’ai beaucoup apprécié les deux tomes du roman Violet Evergarden par les thèmes que la série aborde et les émotions qu’elle fait passer. Je pense qu’il mériterait de sortir en France. On a actuellement de plus en plus de novels traduits, et si l’adaptation anime marche bien, il y a peut-être des chances que ça sorte ici, ou bien en anglais d’abord ? J’ai également hâte de pouvoir lire le spin-off.

_

Selon vous, quelles maisons d’éditions françaises seraient les plus à mêmes de licencier ces titres ?

Quels sont les mangas (ou novels) que VOUS aimeriez voir sortir en France ?

Publicités

2 commentaires pour Mon top des mangas qui mériteraient de sortir en France

  1. Sayu-chan dit :

    C’est quand même dingue qu’aucun éditeur n’ait encore licencié Gekkan Shôjo Nozaki-kun, je l’achèterais aussi je pense, je trouve que la version papier est aussi drôle que l’anime. Faut prier pour que ça sorte un jour, je te surprendrais pas si je te disais que j’aimerais que ça soit Ki-oon qui le licencie enfin j’aimerais bien lol.
    C’est difficile d’établir qui va licencier quoi par contre Suisai ça a des chances de l’être peut être chez Kazé ou Soleil (quoi que ça peut être ailleurs lol)
    Pour Setsuna Graffiti, je doute que ça soit licencié un jour, déjà que No.6 ne l’est pas enfin bon lol
    Pour Donten ni Warau, ça fait parti des oeuvres que beaucoup attendent en France peut être chez Panini lol j’adore faire des hypothèses lol
    Et pour Tales of Zestiria je miserais sur Glénat ou Kana lol.

    Pour ma part la plupart des mangas que je commence se font très vite licenciés lol, là j’attends surtout Yakusoku no Neverland, qui je pense vu le nombres de ventes en progression constante au Japon sera licencié très bientôt chez nous.

    Vu que les light novel c’est la dernière mode chez nous c’est possible que Violet Evergarden se fasse licencier, je pense que ça dépendra du succès de l’anime, la plupart des light novel licenciés chez nous se se font après le gros succès de l’anime dont est tiré le novel donc voilà.
    A ce niveau j’aimerais beaucoup qu’on licencie Tate no Yuusha no Nariagari, pareil ça se fera peut-être après l’anime, après on a quand même le manga chez nous c’est déjà un plus ^^

    Aimé par 1 personne

    • Je suis tout à fait d’accord pour Gekkan Shôjo Nozaki-kun. Je crois que je vais me dire « Si pas de sortie annoncée l’année prochaine, tant pis je vais me les acheter en anglais ». Mais en tout cas oui, Ki-oon est une très bonne édition, d’ailleurs ils ont aussi Barakamon dans le genre « comédie dont je ne me lasse pas ».
      Pour Suisai je ne suis pas très optimiste mais je pense qu’il mériterait une sortie en France parce c’est vraiment rafraîchissant comme shôjo je trouve.
      Bon bah pour Setsuna Graffiti tant pis même si ce n’est pas celui dont j’attendrais le plus la sortie. Par contre Donten ni Warau, oui, c’est un très bon manga et il gagnerait à être plus connu ici.
      Pour Tales of Zestiria je ne sais vraiment pas. Apparemment vu que c’est un Tales of il a de bonnes chances de sortir ici, mais chez quel éditeur mystère…

      Oui c’est vrai que tu lis principalement des mangas issus du Shônen Jump donc qui sont très connus au Japon et qui ont de fortes chances de paraître en France. D’ailleurs le tome 1 de Yakusoku no Neverland est prévu pour avril 2018 chez Kaze si je ne me trompe pas.

      Pour Tate no Yûsha no Nariagari j’aime bien le manga et je compte voir l’anime mais après pour le light novel je ne sais pas trop. Je le testerai peut-être mais pas tout de suite. Par contre Violet Evergarden j’aimerais trop qu’il sorte, ou en anglais au moins parce que j’aime vraiment beaucoup.

      Merci beaucoup d’être passée commenter ce top ! =)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s