Impressions / reviews


Suisai : chapitres 1 à 15

Suisai est le nouveau manga de Moe Yukimaru (l’auteur de Hiyokoi – les 14 volumes de la série sont disponibles en France aux éditions Panini). Hiyokoi m’avait plutôt bien plu sur ses débuts, je trouvais ça mignon et on a des personnages sympathiques, mais bon comme pour la plupart des shôjos, il y avait des fois où l’héroine m’énervait du fait de son côté pleurnichard, et que finalement j’étais plus intéressée par les personnages secondaires (comme Ritsuka, Kou et Natsuki) plutôt que le couple principal. Et puis à part le problème de taille entre les deux personnages principaux, on n’avait pas d’autres éléments rendant le manga unique. Ça reste assez banal.

Suisai m’a par contre semblé plus intéressant comme il a pour thème la musique. Après je ne m’emballe pas non plus étant donné que dans ce genre-là, aucune série ne m’a jamais vraiment convaincue. Mais en tout cas sur les premiers chapitres je trouve que c’est très plaisant à lire.

Informations sur le manga :

Auteur : Moe Yukimaru
Nombre de tomes : 4 au Japon (terminé)

suisai-manga

Résumé :

Urara Sano était membre du club d’athlétisme au collège. Désormais au lycée, elle espère prendre un nouveau départ. Un jour, elle tombe malencontreusement sur un garçon et remarque les feuilles qu’il tenait : des partitions de musique. Il lui propose de venir assister aux répétitions du club d’instruments à vent, qui s’avère être en manque d’effectif.

Lorsque Urara arrive, elle voit le garçon jouer du saxophone et est émerveillée par l’ensemble, en particulier par le son de la flûte.

Poussée par les encouragements du saxophoniste, Minato Kanzaki, Urara se décide à apprendre à jouer de la flûte. Bien qu’elle ait du pain sur la planche en tant que débutante, Urara est motivée pour pouvoir elle aussi jouer en harmonie avec les autres…

Ça peut sembler assez basique comme ça, mais pour ma part, le premier chapitre m’a donné envie de lire la suite. On peut remarquer certaines similitudes avec l’anime Hibike ! Euphonium. Urara est un peu comme Kumiko dans la mesure où elle a choisi le lycée par rapport à l’uniforme, mais surtout comme Hazuki qui était membre d’un club sportif au collège, et qui décide d’apprendre à jouer d’un instrument au lycée. Mais étant donné que c’est un shôjo (et qu’en général c’est peu réaliste) je me demandais si Urara allait apprendre à jouer de la flûte un peu trop facilement…

Chapitres 1  à 8 (ATTENTION : SPOILERS !) – 14/10/2016

Le résumé concerne ce qui se passe sur le premier chapitre. Après, on se focalise sur les débuts de Urara en tant que flûtiste. Urara a du mal au début, surtout qu’elle n’a jamais appris à lire une partition auparavant, mais elle dispose d’une bonne capacité pulmonaire (pour souffler) notamment par le fait qu’elle ait fait parti d’un club d’athlétisme, mais elle apprend également par l’oreille en écoutant ses senpai jouer. Je vous assure que ça marche très bien chez certaines personnes qui ne savent pas forcément lire des partitions, j’en ai moi-même fait l’expérience avec le piano. Et puis la première fois qu’elle joue avec l’ensemble elle ne va pas tenir le rythme, ce qui est tout à fait normal. Donc voilà, elle n’a pas un talent inné, mais elle s’entraîne dur pour réussir. Elle va aussi être motivée par les capacités de Minato, qui lui est un saxophoniste très doué (il en joue depuis qu’il est tout petit). Bon bien sûr, on sent la romance venir (c’est un shôjo après tout). Mais je trouve les idées vraiment bonnes. Les deux personnages principaux sont assez différents en terme de capacités, caractère, mais ils s’entendent bien, il y a une bonne alchimie entre eux je trouve.

Concernant les personnages secondaires, on a Karin Sakurai, la meilleure amie de Urara. C’est une amie dévouée qui l’a toujours encouragée lors des compétitions au collège, et qui décide de s’inscrire dans le club de musique pour être avec Urara. Elle va se retrouver à jouer de l’euphonium (elle sait lire des partitions comme elle a fait du piano auparavant) donc elles ne sont pas dans les mêmes sections, mais on voit qu’elles sont très proches. On a aussi Misaki, en deuxième année, la flûtiste qui donné envie à Urara de jouer de la flûte, et qui malgré son côté strict possède un bon fond, Yuri une flûtiste en troisième année très sympa avec Urara… Ou encore Ohsaka le président du club à l’attitude cool et détendue, Kuroo-sensei le professeur responsable du club qui a l’air toujours fatigué / ennuyé lol, et souvent en compagnie d’un gros chat noir (Mini Kuro). Et un autre personnage féminin, Haruka, l’assistante du club, qui disons est là pour compliquer la romance. Ce qui est bien, c’est que Urara ne va pas laisser ses pensées dominées par ses sentiments. Elle continue de s’entraîner dur pour réussir les auditions que fait passer le prof en vue des compétitions…

suisai1

Sur les auditions, Minato est choisi pour le solo, ce qui n’est pas très étonnant vu son talent. Mais Urara, malgré ses efforts, n’est pas retenue, alors que son amie Karin a été choisie. On voit que Urara n’est pas « heureuse » puisqu’elle a échoué, mais elle ne félicite pas non plus Karin. Sur le coup, même si ce n’est pas sympa de sa part, on peut comprendre Urara. Elle a eu l’habitude de toujours être la première en athlétisme, et de voir ses efforts récompensés. Donc cette « défaite » c’est tout nouveau pour elle. Karin, elle, est perturbée et n’ose pas parler à Urara. Mais du fait qu’elle l’évite, Urara réalise que Karin avait toujours été là pour elle et que c’est maintenant à son tour de l’encourager. Elle décide donc de lui faire un porte-bonheur et de s’excuser. Karin accepte et elles se parlent de nouveau. J’ai trouvé ce passage sympa parce que ça montre bien que des petites « disputes » entre amies ça arrive mais que ça passe. (Et franchement je trouve ça bien plus réaliste que ce que nous a proposé Hibike ! Euphonium sur les premiers épisodes de la saison 2 avec un stupide drama exagéré autour des deuxième année. L’anime n’est vraiment plus ce qu’il était à ses tout débuts, ça me déçoit. En même temps, miser sur le fan service shôjo-ai et le drama exagéré c’était pas une bonne idée…)

En revanche, du côté de Minato, les choses ont l’air plus compliquées puisque Haruka est son amie d’enfance. Il semble (du point de vue de Urara) qu’il ait des sentiments pour elle et qu’il lui avait promis de gagner les compétitions du Kansai un fois au lycée (ce qui était le rêve de Haruka il y a quelques temps). Mais on apprend que celle-ci va bientôt se marier…

Chapitres 9  à 15 (ATTENTION : SPOILERS !) – 20/01/2017

Urara, curieuse de savoir ce que ressent Minato vis-à-vis de Haruka, va lui poser la question. Minato est surpris et lui demande si d’autres personnes sont au courant. Urara lui dit que non, il lui répond alors qu’il aime Haruka. Mais Haruka entrant dans la salle, Minato ajoute seulement que cette histoire ne concerne pas Urara et s’en va. Urara décide donc de l’éviter un moment, mais bien que cette histoire la perturbe, elle va se remotiver en apprenant qu’elle aura l’occasion de jouer avec l’ensemble pour supporter l’équipe de base-ball de leur lycée lors du festival de l’école.

A l’approche des compétitions, Urara a l’idée de faire des messages d’encouragements sous forme d’origamis pour les membres participants. Elle parle de l’idée aux membres du club qui en sont ravis. Minato l’aide à en fabriquer. Il va alors lui expliquer que lorsqu’elle était au lycée, Haruka, membre de l’orchestre, n’avait pas pu réaliser son rêve d’aller aux Nationales. Minato lui a alors fait la promesse qu’en allant dans le même lycée qu’elle, il le fera.

Avant la première compétition, Urara offre un origami à Karin et un à Minato. Dans son message à celui-ci, elle lui conseille de ne pas hésiter vis-à-vis de Haruka. Le club réalise une très belle performance qui émerveille Urara. Ayant réussi à se qualifier, Minato, sous le conseil de Urara, se déclare à Haruka qui est surprise. Mais Minato n’attend pas que ses sentiments soient réciproques.

Plus tard, alors que l’été commence et que le club s’entraîne, Minato confie à Urara qu’il veut mettre un terme à ses sentiments envers Haruka. Il souhaite toujours réaliser sa promesse, mais plus seulement pour elle, mais aussi pour tous les membres du club.

Lors des préfecturales, Minato se souvient de son enfance avec Haruka. Il questionnait Haruka sur son club. Celle-ci lui a conseillé d’essayer de jouer d’un instrument mais Minato répond que ce n’est pas très masculin de faire de la musique (lol). Haruka lui dit alors que les plus grands musiciens tels que Bethoveen, Mozart… étaient des hommes. Minato a par la suite décidé de jouer d’un instrument à vent comme Haruka. Lors de leur performance, et notamment lors du solo de Minato, Haruka est émue. Concernant ce personnage, je trouve qu’elle est plutôt sympathique. Habituellement je n’apprécie pas tellement les rivales et les situations de triangles amoureux, mais là de toute façon on sait que Haruka est plus âgée que Minato, et qu’elle est mariée. La déclaration de Minato l’a perturbée, mais elle le voit surtout comme un petit frère, et puis elle est d’un naturel calme et aimable, de nature gentille et sans mauvaises arrières pensées. C’est grâce à elle que Minato s’est mis à la musique. Donc voilà, son personnage est là pour compliquer la romance, mais elle n’est pas du tout mauvaise. Et je trouve ça bien parce qu’au final on apprécie l’ensemble des personnages de ce manga.

Peu après, Minato va voir Haruka pour la féliciter de son mariage, puis les résultats sont annoncés. Le club est heureux d’apprendre qu’ils ont décroché l’or, mais malheureusement, ils ne sont pas sélectionnés parmi les quatre meilleurs qui représenteront leur région. Urara va d’ailleurs faire part de sa déception puisqu’elle voulait que le club aille plus loin pour pouvoir entendre à nouveau de telles performances. Misaki la console en disant que tout n’est pas fini, puisque les premières années et deuxièmes années auront encore leur chance. Le club est remotivé, mais Misaki est elle aussi peinée, puisque le président du club, en troisième année, n’aura plus l’occasion de jouer avec eux. Je les aime bien ces deux-là, je trouve qu’ils forment un beau couple lol. D’un côté on a Misaki qui est toujours sérieuse, stricte, mais qui peut se montrer sensible, et de l’autre on a Ohsaka qui est toujours de bonne humeur, mais qui malgré son côté comique peut se montrer très sérieux.

Par la suite, le club va alors fêter leur petite victoire au restaurant. Yuri annonce à Urara qu’elle pourra prendre sa flûte lors qu’elle se retirera du club, ce qui bien sûr rend Urara folle de joie. Misaki prend la succession de Ohsaka en tant que présidente du club, tandis que Minato lui succède au poste de vice-président.

Donc voilà, l’équivalent des trois premiers tomes m’a bien plu. J’ai été un peu déçue de savoir que le manga se terminerait rapidement car les personnages sont vraiment sympathiques. Urara fait une bonne héroine, elle est pétillante et dynamique. Elle aura aussi permis à Minato d’aller de l’avant vis-à-vis de ces sentiments, l’amitié qui la lie à Karin est vraiment mignonne, et puis sa relation avec ses senpai Misaki et Yuri, (notamment Misaki) est bonne. Mais bon étant donné que le manga va se terminer d’ici quelques chapitres je trouve ça dommage que des personnages comme Ohsaka ou même Sae, la trompettiste qui se la pète (lol) ne soient pas plus mis en avant. Mais en tout cas j’ai trouvé que le manga apporte une vision sympathique d’un club d’orchestre, avec une romance plutôt bonne pour un shôjo, alors qu’habituellement je m’en lasse assez vite.

En ce concerne l’aspect musical, j’ai bien aimé le regard qu’apporte l’auteure sur la musique au travers du personnage de Urara. L’inconvénient c’est qu’étant donné qu’il s’agit d’un manga et non d’un anime, on n’a pas la possibilité d’écouter leurs performances. On sait par contre que pour les compétitions ils ont un morceau imposé, et un autre libre, sachant qu’ils jouent pendant 15 minutes au total. Pour le morceau libre ils jouent « The Seventh Night of July (Tanabata) » de Itaru Sakai, qui a été choisi par le club parce qu’ils voulaient un morceau qui plaise à tout le monde. Moe Yukimaru a emprunté la partition que possède son frère aîné qui avait fait parti de la fanfare lorsqu’il était au collège et au lycée apparemment. En tout cas malgré le fait qu’on ne puisse pas écouter les morceaux, j’ai pris plaisir à lire le manga, qui en plus de cela a des dessins vraiment soignés, que ce soit sur le chara-design ou sur les instruments de musique.

Reste à voir si la fin sera bien menée, mais en tout cas les trois premiers tomes m’ont plu. D’ailleurs je trouve que les couvertures de ces tomes sont simples mais jolies (tout comme les illustrations de chapitres). Je pense que je me les achèterai si ça sortait en France lol.

suisai-volumes

Enfin bon, je le répète, c’est dommage que le manga soit actuellement terminé (le chapitre 19 étant le dernier). Je ne sais pas si c’est parce que Suisai n’a pas énormément de succès au Japon ou si c’est parce que l’auteure a pu dessiner ce qu’elle voulait mais pour ma part, même si je préfère les shôjos courts, je pense que ça ne m’aurait pas dérangé si Suisai faisait encore quelques tomes de plus (tant que l’histoire et les personnages auraient continué de plaire). L’auteure précise sur son blog que Suisai est terminé, mais qu’elle va consulter son éditeur pour voir si elle pourra sortir une autre histoire sur un club de musique. Mais elle ne sait pas encore s’il s’agira d’un one-shot ou d’une suite.

Il s’agit d’un shôjo qui ne sort pas vraiment de l’ordinaire mais que je trouve vraiment sympa et qui ne délaisse pas l’aspect musical. J’en continuerai la lecture jusqu’à la fin. Même si je trouve ça dommage que le manga se finisse en seulement 19 chapitres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s